JPEG - 466.5 ko

Les molasses des terreforts : la butte de Monflanquin à droite, avec le Périgord à l’horizon

La Lède et ses alluvions (gris) ont percé le plateau céréalier reposant sur la plaque du calcaire de Castillon (violet clair) et s’enfoncent dans les molasses éocènes (violet foncé) propices à des lacs collinaires et recouvertes de maïs irrigué. La rupture de pente, qui correspond à la base du calcaire, est précisément couverte d’une ligne de bois maigres qui masque probablement une ligne de sources.
Le vallon contourne la butte de Mon flanquin coiffée d’un reliquat de calcaire blanc miocène (jaune), avec son reste d’assise de molasses oligocènes couverte de vergers, tous deux épargnés par l’érosion. Source : Brgm / visualiseur Google earth.

 

 


Affichage plein cadre / pleine définition