Contenu

Lieu particulier : Laparade, un belvédère sur le Lot

JPEG - 845.2 ko
Un belvédère unique sur la vallée du Lot. Laparade

Un belvédère panoramique sur le Lot et sa vallée

JPEG - 746.3 ko
La vue panoramique sur la vallée du Lot depuis le belvédère du jardin public. Laparade

Perché sur un plateau étroit à plus de 190 m d’altitude, le village domine le Lot qui vient frôler son coteau. Le village offre un point de vue imprenable. Sur les remparts, depuis la table d’orientation, la vue panoramique à 180° offre un point de vue remarquable sur la vallée du Lot. Par temps clair, la chaîne des Pyrénées, à 250 km de là, se détache à l’horizon.

Une silhouette dominant la vallée du Lot

JPEG - 732.8 ko
La silhouette de la bastide, s’étire sur la crête au-dessus de la vallée. Vue depuis Laffite-sur-Lot

La silhouette du village, étirée sur la crête, domine la vallée, émergeant au-dessus du coteau boisé. Situé sur un plateau dominant de plus de 155 mètres la vallée du Lot, Laparade était facile à défendre contre d’éventuels assaillants. Côté plateau, au nord et à l’ouest, le village était protégé par des douves profondes, dont une partie subsiste aujourd’hui, et par des remparts. Il existait trois portes équipées de pont-levis et défendues par une barbacane. Au centre du village, à l’emplacement actuel du jardin public, un château fort doté de deux donjons dominait la vallée.

Une bastide villageoise à plan régulier

JPEG - 482 ko
Laparade, un belvédère sur le Lot

La bastide de Laparade fut fondée en 1265 par Alphonse de Poitiers, frère de Saint-Louis, sous le nom de Castelseigneur. Elle fut fondée sur la paroisse de l’église matrice Notre-Dame-de-Touraille, par contrat de paréage entre l’abbaye de Clairac, propriétaire des terres, et Alphonse de Poitiers. L’acte de paréage fut signé le 4 juillet 1265. En 1277, Castelseigneur devient Laparade. On ne connaît pas la raison exacte du changement de ce nom.
Une partie du territoire était destinée aux maisons, la deuxième aux jardins, la troisième aux champs ou aux vignes. Laparade fut construit suivant un compromis entre le plan dit « en échiquier » et le plan en fuseau des bastides de promontoire. Les quatre grandes rues sont tracées à angles droits dans un souci d’efficacité très en avance sur l’urbanisme de l’époque. Les architectes ont tenu compte du climat. Le plan général de la bastide est orienté de manière à empêcher les forts vents d’ouest de s’engouffrer dans les rues et de les balayer sur toute leur longueur.

La grand place et la halle

JPEG - 917.7 ko
La place centrale avec l’église et la halle, ombragée de tilleuls. Laparade

La grande place, où se trouvent l’église et la halle, était le centre des affaires. La halle a été construite en 1762, et a abrité un marché jusqu’à la fin des années soixante. Les deux puits voisins datent de la seconde moitié du XVIII° siècle. Situés aux coins de la place de l’église, ils étaient encore en service dans les années 50. On y puisait l’eau potable et y maintenait des aliments au frais. La halle et les puits sont classés monuments historiques depuis 1984.

JPEG - 1.5 Mo
Laparade, un belvédère sur le Lot