Contenu

Représentations et images d’Entre Landes et Garonne

À l’exception de quelques images de l’Avance et de Casteljaloux, les paysages pourtant joliment vallonnés d’« Entre Landes et Garonne » sont peu décrits et représentés. Dans cette unité de paysage de transition, peu regardée, les bourgs en bordure du plateau et du coteau sud de la Garonne offrent, en revanche, de belles vues sur la vallée, le canal, le fleuve, et la plaine alluviale.

« Nous nous trouvons ici au cœur du Queyran qui est, comme l’a écrit mon père, M. Luxembourg, dans sa Géographie du Lot-et-Garonne « un tout petit pays bien individualisé », car il est situé au contact de la forêt landaise toute proche et des collines d’argile molassique, et c’est par lui que la forêt se raccorde à la vallée de la Garonne et à ses terrasses.
« 
Le plateau du secteur de Casteljaloux n’est parcouru que par quelques maigres ruisseaux comme l’Ourbise  » qui coule le long du village ; ces ruisseaux ne sont d’ailleurs que de «  simples chenaux de drainage aux versants à peine esquissés. »
(…)
Si bien que, « 
entre les vastes étendues monotones et boisées du Sud et celles des terrasses du Mas-d’Agenais au nord, ce pays est comme un jardin, et la forêt s’y émiette ; de longues files de peupliers sont attirés par la fraîcheur des bords de l’Ourbise ».

Madame Trézeguet–Luxembourg, Une bastide du roi d’Angleterre : Villefranche-du-Queyran, 1971 [1]

De rares images d’une campagne joliment vallonnée

Entre la Forêt Landaise et de la Vallée de la Garonne, deux unités de paysages aux caractères très affirmés, les collines et les vallons qui constituent cette unité de transition sont pratiquement absents des représentations anciennes et contemporaines.

JPEG - 344 ko
Guérin, vue aérienne, sd ; Samazan, l’Avenue du village, le cimetière, 1904-1914, cartes postales anciennes
Collection particulière ; Archives départementales de Lot-et-Garonne, 40 Fi 7

A gauche, la vue aérienne oblique, prise à une altitude inhabituellement basse, suggère bien l’ambiance de cette partie de l’unité de paysage d’Entre Landes et Garonne : une campagne vallonnée, peu urbanisée où s’intriquent champs cultivées et boisements. A droite, la photographie de l’entrée de Samazan révèle, pour la perception du bourg, l’importance du relief et de l’ouverture en couloir de la route plantée.

Un prétexte de paysage : la vigne

Aux alentours de Cocumont, secteur parmi les plus élevés de l’unité de paysage, la production viticole est l’occasion d’expressions paysagères anciennes et surtout contemporaines. Images et circuit de randonnée thématique [2] sont autant d’occasions de représentations jouant avec le registre bucolique.

JPEG - 271 ko
Cocumont, 1912 ; Bouglon, sd
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 68/2 ; Collection particulière

A gauche, cette photographie du début du XXe siècle compose un paysage ordonné : le village dont la silhouette et le clocher se détachent sur le ciel est entouré de petites parcelles imbriquées de cultures et de vignes. La présence d’arbres isolés ou le long des chemins et de la route contribue encore à l’harmonie de ce paysage. La vigne est présente mais pas dominante.
A droite, la carte postale des années 1960 rétrécit l’échelle du paysage à la cave coopérative et à la grande parcelle de vignes du premier plan. Ces éléments « construits » ont détrôné le paysage dans la figuration de la commune et de son économie.

JPEG - 414.1 ko
Paysages de la vigne autour de Cocumont
Ensemble de photographies disponibles sur le site Internet de Cocumont

Ces images de promotion de Cocumont vont dans le sens d’un renouveau - par rapport aux années 1960 – de l’idée de synergie qui semblait jusque là naturelle entre paysage et production agricole. Les photographies (vues panoramiques ouvrant sur des horizons lointains, couleurs automnales, alignements des ceps…) s’inscrivent dans le registre habituel du marketing des terroirs viticoles (ici les Côtes du Marmandais) mais mettent dans une certaine mesure aussi en valeur les spécificités du territoire d’Entre Landes et Garonne : mouvements des reliefs, boisements, grands ciels clairs… Ces images de la campagne assez éloignées du pittoresque (forte présence de bâtiments semi-industriels et des routes, rangs de vignes tirés au cordeau, grandes parcelles de cultures…) montrent aussi une réalité dans laquelle le paysage semble demeurer malgré tout une valeur secondaire par rapport à l’économie de la production elle-même.

Casteljaloux : aujourd’hui le lac avant tout

Hormis quelques images d’ambiances urbaines et des rives de l’Avance, Casteljaloux apparaît, en termes de représentations paysagères anciennes, comme un site urbain davantage tourné vers la forêt des Landes au sud-ouest, que vers les collines et les vallons qui le bordent au nord-est. Le cours de l’Avance est l’un des rares motifs paysagers à émerger avec ceux des activités industrielles qui ont contribué à la personnalité de la ville. Aujourd’hui, ce sont les activités de loisirs autour du lac et de la base de loisirs de Clarens qui « font » les images de paysages.

Ambiances urbaines

JPEG - 245.8 ko
Casteljaloux, Grande rue, sd, carte postale ancienne ; Casteljaloux, Raymond Depardon, 2009
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 52/32 ; Raymond Depardon

Les rues commerçantes avec leur activité et leur animation sont les sujets ordinaires des cartes postales anciennes. Le photographe Raymond Depardon pourrait s’inscrire ici dans cette tradition documentaire. Entre les deux images, le paysage urbain ne semble pas avoir vraiment changé –hormis la présence actuelle des réseaux aériens et l’aspect du sol de la rue. En revanche, l’ambiance urbaine, particulièrement animée sur la vue de gauche et particulièrement désertée sur celle de droite modifie considérablement notre perception de la ville.

Paysages industriels

Casteljaloux a une tradition industrielle ancienne, liée notamment à sa proximité avec la forêt (industrie du bois) et à l’Avance (fonderie). De nombreuses images anciennes témoignent de ces paysages qui ont en partie disparu avec le déclin industriel des années 1970-80.

JPEG - 287.6 ko
Casteljaloux, Usines de Lirac, 1908 ; Savonnerie et Stéarinerie des Usines de Lirac, sd, Usine ISOREL, vers 1960, cartes postales anciennes
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 52/118 ; 7 Fi 52/67 ; 7 Fi 52/137

L’image de gauche, dans une composition remarquable où chaque objet semble avoir été mis en scène, fait à la fois œuvre graphique et témoignage social. L’image du centre, plus banale, met toutefois en valeur les motifs emblématiques du paysage industriel que sont les cheminées et les toits en dents de scie (même si ceux là sont symétriques). A droite, la vue aérienne ne fait plus que le constat froid de l’immense emprise de l’usine.

L’Avance et le lac

L’Avance et le lac de Clarens sont les deux motifs « naturels » présents dans l’imagerie des environs de Casteljaloux et plus généralement de l’unité d’Entre Landes et Garonne.
Mais c’est sans doute le lac qui, par les activités de loisirs qu’il accueille, est aujourd’hui le principal sujet de paysage.

JPEG - 314.4 ko
Casteljaloux, l’Avance et le lac, cartes postales anciennes. A gauche en haut, 1898, à gauche en bas, et à droite, années 1960-70
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 52/26 ; collection particulière

L’Avance est relativement peu représentée. En cela, l’image de droite de la rivière s’insérant dans la ville fait exception.

JPEG - 280 ko
Casteljaloux, lac et ambiances de l’Avance
Montage d’images issues du site Internet de l’Office de tourisme de Casteljaloux














Les lacs sont des figures très prisées de l’imagerie paysagère. La majorité des images de la catégorie « paysages » des photos de l’Office de tourisme de Casteljaloux représentent le lac de Clarens dans un grand éventail d’ambiances.


Du bord du plateau, des vues sur la vallée de la Garonne

En limite d’unité, les bourgs en bordure du plateau donnant sur la vallée de la Garonne comme Caumont, Marcellus, Montpouillan, Puch d’Agenais, Meilhan… créent des opportunités de belles vues, et donc de belles images, sur le fleuve et ses alentours.

JPEG - 118.7 ko
Meilhan, le tertre et la Garonne, début XXe siècle, carte postale ancienne
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 169/9

Cette belle carte postale met en scène à la fois le belvédère et la vue qu’il offre sur la vallée de la Garonne. Elle témoigne aussi du soin apporté pour rendre ces espaces agréables : de quoi s’asseoir, une vue dégagée et un arbre pour l’ombre…

[1Fascicule accessible sur le site Internet de Villefranche-du-Queyran

[2Voir le parcours de la randonnée Paysages des Vignobles de Cocumont