Contenu

Représentations et images de la Vallée du Dropt

Dans un environnement agricole pratiquement ignoré des représentations, les bastides de Castillonnès et de Villeréal, les châteaux de Duras et de Lauzun sont les principales figures paysagères de la Vallée du Dropt. La rivière qui donnait dans les cartes postales anciennes l’occasion de jolis paysages pittoresques, n’est plus très présente dans l’imagerie contemporaine, sauf quand des moulins, objets du patrimoine valorisés par le tourisme rural, viennent animer son cours.

« Au nord-ouest de la Lède, l’étroite, fraîche et féconde vallée du Dropt offre, à chaque pas des sites gracieux, surtout dans la partie que le château de Duras domine du haut de sa colline escarpée. Elle est séparée de la vallée du Lot et de celle de la Garonne par une ligne de faîte dont la cime la plus élevée, au sud de Villeréal, atteint 200 mètres à peine ; mais des sommets plus hauts se pressent au sud de l’arête, dans les contreforts qui courent entre les tributaires du Lot ou de la Garonne, au sud de Cancon par exemple, entre le Tolzat et (204 mètres près de Tourliac, 179 mètres à Saint-Astier, 125 près de Villeneuve-de-Duras) se relient à ceux des départements de la Dordogne et de la Gironde. »

Adolphe Joanne, Géographie du département de Lot-et-Garonne, Hachette, 1881

Le Dropt, des images anciennes

L’iconographie ancienne, quasiment limitée dans la Vallée du Dropt aux cartes postales, fait de la rivière, de son cours, un sujet de paysage en soi. C’est moins le cas aujourd’hui.

« De belles rangées de peupliers alternaient avec de petites haies sombres d’églantiers, divisant la région en damiers d’un vert gradué ; variant selon l’orientation des coteaux. En bas, à l’ombre des ormes et des aulnes qui, sur la luxuriance anonyme des autres, tous pareillement sombres, jetaient la note noble de la pâleur de leur feuillage, le Dior [1] coulait, rapide…  »

Marguerite Duras, Les Impudents, Gallimard, (Folio), 1992

JPEG - 345.6 ko
Carte de la rivière Dropt, XVIII, Extrait ; Allemans-du-Dropt, Paysage sur le Dropt, sd, carte postale ancienne
Bibliothèque nationale de France, GE C 9847 ; Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 5/10

A gauche, cette très belle carte ancienne présente l’un des premiers projets d’aménagement du Dropt afin de le rendre navigable [2]. Elle est l’occasion d’une belle représentation à la fois documentaire et artistique de la rivière dans son environnement de prairies, de boisements et de champs.
A droite, la rivière et ses rives boisées deviennent « paysage sur le Dropt » auquel le photographe associe l’idée de détente et de canotage.

JPEG - 192.6 ko
La Sauvetat-du-Dropt, Restes du pont romain, 1905 ; Les Rives du Dropt et le lavoir, sd, cartes postales anciennes
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 293/2 ; 7 Fi 325/14

Le vieux pont et le lavoir sont deux occasions de représentation du caractère pittoresque du cours du Dropt. Cependant, l’absence de feuillage dans les arbres, le peu d’entretien des rives procurent aussi un sentiment d’austérité et de dénuement.

La bastide, unique motif urbain

Castillonnès et Villeréal sont les deux principaux points de focalisation des représentations paysagères de la Vallée du Dropt. Excepté les nombreuses vues aériennes obliques qui constituent, avec les ambiances urbaines patrimoniales, l’essentiel de la production d’images à partir des années 1950, les représentations communes font souvent de ces bourgs des objets « hors sol » sans lien avec le paysage qui les environne.

Castillonnès, la place, la promenade, les cornières

Alors que nettement située en surplomb, la bastide de Castillonnès n’est pas représentée en silhouette comme c’est le cas de nombreux villages perchés de Lot-et-Garonne. De même, on note de manière générale l’absence de vues panoramiques alors que les collines, même modestes, offrent quelques belvédères.

JPEG - 391.5 ko
Castillonnès, vues aériennes, cartes postales, années 1950-1960
Collection particulière ; Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 57/33

Les vues aériennes, nombreuses dans le lot de représentations de la Vallée du Dropt, mettent en valeur l’organisation et l’architecture des bastides. Centrées sur la place que surplombe le haut clocher, ces deux photos aériennes obliques de Castillonnès montrent aussi la relation paysagère tout en contraste qui se noue entre la ville dense et l’environnement agricole ouvert que limite nettement une rangée d’arbres (image de gauche). Les deux images mettent également en résonnance l’ample espace libre et vide de la place avec la vaste étendue de la campagne ouverte.

JPEG - 468.6 ko
Castillonnès, promenade de la Mouthe, sd ; La route de Villeneuve, sd
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 57/14 ; collection particulière

La promenade de la Mouthe, tour de ville de Castillonnès, est une figure abondamment reprise dans l’iconographie ancienne de la ville. Moins attendue, à droite, une image de l’une des sorties de la ville, route plantée ouvrant quelques fenêtres sur le paysage au loin.

JPEG - 360.8 ko
Castillonnès, carte postale multivues, sd ; les arcades de la place, 2015
Collection particulière ; Photothèque du site Internet du Comité départemental du tourisme de Lot-et-Garonne

A gauche, la carte postale multivues propose une sorte de synthèse des thèmes de représentations de la bastide : son urbanisme original, son patrimoine architectural, les productions agricoles de son environnement immédiat… A droite, la photo proposée par le site du Comité départemental du tourisme fait des cornières le résumé des ambiances urbaines de la bastide.

Villeréal, une halle

Comme Castillonnès, les représentations de Villeréal se limitent, surtout dans leurs formes contemporaines, à l’architecture patrimoniale que symbolise avec une grande constance dans le temps la halle du XIVe siècle.

JPEG - 349.7 ko
Villeréal, Vue d’ensemble, sd ; Villeréal ; vue aérienne, sd, cartes postales
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 325/1 ; Collection particulière

La carte postale de gauche qui propose une vue de Villeréal en silhouette donne étrangement à la bastide, pourtant située près de la rivière sur une modeste colline, l’image d’un bourg perché. C’est l’une des rares représentations panoramiques d’un site de la Vallée du Dropt. Y est clairement montrée la relation paysagère étroite entretenue entre la ville dense et groupée et les espaces ouverts et libres de la campagne qui l’entoure.
A droite une vue aérienne, représentation très diffusée des paysages des bastides de la Vallée.

JPEG - 244.7 ko
Villeréal, Place de la halle, carte postale ancienne, première moitié du XXe siècle ; la Halle, 2015
Archives départementales de Lot-et-Garonne, 7 Fi 325/28e ; Photothèque du Bureau d’accueil de tournage de Lot-et-Garonne

La halle est le motif récurrent des photographes de Villeréal depuis le début du XXe siècle.

Duras, un château et un paysage contemporain de vignes

Le château de Duras, monument le plus représenté de la vallée du Dropt, est aussi le point de départ d’une découverte plus large des alentours, notamment dans le cadre de visites guidées par des « Raconteurs de pays » ou de randonnées thématiques, par exemple autour de l’œuvre de l’artiste-archéologue Leo Drouyn qui a été l’un des rares artistes à s’intéresser aux paysages de cette partie du département.

JPEG - 289.9 ko
Leo Drouyn, Château de Duras, dessin, 1853 ; Panorama sur le château et la campagne de Duras, 2015
Leo Drouyn en Lot-et-Garonne, (Léo Drouyn, les albums de dessin), vol.19, Entre deux Mers, 2013 ; Photothèque du site Internet du Comité départemental du tourisme de Lot-et-Garonne

Dans ce dessin du château de Duras au caractère bucolique affirmé, Leo Drouyn s’intéresse à la fois au monument et au paysage qui l’entoure. La silhouette massive du château étirée vers le ciel par la tour ronde, et vers la droite par quelques maisons, semble comme recroquevillée au bord de la vaste étendue de champs qui fait part égale avec le ciel.
A droite, la vue panoramique montre également le château dans son environnement sans que la prise de vue n’arrive à rendre compte vraiment des caractères du paysage de la ville et de la campagne.

A l’attrait exercé par le château ducal de Duras, s’ajoute celui de l’appellation viticole du même nom. Le vignoble suscite un tourisme spécifique qui associe à la découverte des vins celle des paysages ruraux. En comparaison avec les autres secteurs de la Vallée du Dropt, ceux de la région de Duras bénéficient ainsi d’une meilleure connaissance et identification.

JPEG - 83.5 ko
Bandeau de présentation de la page d’accueil du site Internet de la Maison des Vignerons de Duras
Maison des Vignerons de Duras

La production de vin est fortement reliée à la notion de « terroir » et donc à la représentation des paysages. Ici, les promoteurs des côtes de Duras ont choisi une représentation où les grandes parcelles de vigne du premier plan soulignent les grandes ondulations en partie boisées. A l’horizon, on distingue la silhouette du château de Duras.

Campagne, eau et patrimoine rural, motifs des amateurs

JPEG - 887.5 ko
Montage de photographies mises en ligne par les internautes sur le site Google Maps et Flickr, 2015
Les images mise en ligne sur les sites de partage de photos montrent une plus grande ouverture sur les paysages que les images anciennes ou institutionnelles actuelles. Même si les motifs comme le pigeonnier ou le moulin à eau ou à vent sont dominants, ceux de l’eau et la campagne sont aussi bien présents.

[1Le Dior est le nom que Marguerite Duras, donne au Dropt dans son premier roman, Les Impudents qu’elle publie en 1943. Elle en situe le cadre dans la campagne de Duras où elle a passé, enfant, une partie de ses vacances.

[2Son aménagement envisagé dès le tout début du XVIIIe siècle, les premier travaux commencés en 1795, le Dropt sera rendu totalement navigable en 1858.