Contenu

Les alignements d’arbres

JPEG - 798.6 ko
Alignement de platanes à Lasserre

L’alignement d’arbres, patrimoine historique et culturel

Pendant des siècles, alignements d’arbres, ville et infrastructures furent indissociables. Que ce soit pour le confort du fait des ombrages, pour le rapport du bois, pour la consolidation des terrains… les rangées d’arbres soulignaient places, routes et canaux à travers les paysages français. De la même façon, cours et allées étaient les premiers éléments marquant l’extension de l’espace urbain.
Il s’agit bien là d’une forme d’expression culturelle qui fait des alignements d’arbres un bien patrimonial dont nous avons hérité. La loi autorise la protection des arbres au titre des monuments historiques. Ce genre de protection est cependant assez rare. Les alignements d’arbres remarquables sont le plus souvent protégés au titre des sites inscrits ou classés.

Un élément du cadre de vie, médiateur entre les infrastructures et le paysage

Aujourd’hui l’alignement d’arbres est une référence historique faisant appel à un ordonnancement symbolique fort, mais c’est surtout médiateur entre le territoire et le projet d’infrastructure. Par là même, il est toujours une réponse contemporaine et d’avenir pour une insertion paysagère des ouvrages.

Les platanes des routes principales

JPEG - 561.8 ko
La ligne d’arbres signale la route dans le paysage. Lachapelle
JPEG - 1.5 Mo
Carte des arbres d’alignement le long des routes départementales et nationales
11000 arbres sont recensés le long des routes départementales. Parmi eux les Platanes représentent 73,7% des plantations, les Erables 12,7%, les Peupliers 3%, les Charmes 2,7%, les Tilleuls 1,5%, les Frênes 1%, les Marronniers 1%, les Chênes 0,8%, les Robiniers 0,6% et toutes les autres espèces confondues 3,00%. Source CG47
Les alignements de platanes sont majoritairement utilisés le long des grandes voies de communication de Lot-et-Garonne. Leur grand développement est à l’échelle de l’importance des axes. Certains alignements très anciens constituent aujourd’hui de somptueuses voutes, évoquant par l’alignement des troncs les colonnes d’une cathédrale végétale au-dessus de la route, comme c’est le cas le long de la RD813 entre Aiguillon et Tonneins. La silhouette de ses arbres accompagnant la route permet souvent de signaler celle-ci dans le paysage.

A une autre échelle plus intimiste, les alignements de platanes accompagnent également le canal latéral à la Garonne. Les frondaisons retombantes des arbres et l’ambiance plus humide du canal participent à créer un écrin végétal ombragé qui offre une sensation de confort et de fraicheur au milieu de l’ample plaine garonnaise.


Des entrées de bourgs sous les arbres

JPEG - 1 Mo
En entrée de bourg, l’alignement forme un seuil affirmant la transition de la route à la rue. Laplume
JPEG - 706.6 ko
En entrée de bourg, l’alignement d’arbres permet de composer un premier plan homogène devant un environnement bâti souvent très hétérogène. Nerac

Le platane accompagne également de nombreuses entrées de bourgs et de village, sa haute silhouette contrastant avec l’échelle plus modeste du bâti. En entrée de bourg il forme un seuil végétal qui constitue l’articulation entre la route et la rue et prépare l’automobiliste à réduire sa vitesse.

La ligne de cèdres qui mène à un domaine ou à une ferme

JPEG - 821.3 ko
Alignement de cèdres menant à une ferme. Madaillan

Les fermes et les châteaux implantés souvent en position dominantes sont régulièrement desservis par une allée de cèdres monumentale. D’autres s’enfouissent dans un parc arboré du XIXe siècle où cèdres et pins parasols dominent. D’autres fermes plus modestes ont plagié cet aménagement et se signalent depuis la route par un ou deux cèdres qui marquent l’entrée de leur chemin d’accès.
Sources : Les alignements d’arbres, DGUHC 2006 ; service infrastructure du CG47