Contenu

Repères géographiques des Terres Gasconnes

Relief et eau

JPEG - 1.4 Mo
Terres Gasconnes carte relief et eau
JPEG - 417.9 ko
Terres Gasconnes bloc-diagramme relief et eau

Un relief vallonné

Les Terres gasconnes possèdent un relief ondulé entaillé de nombreux vallons et vallées. L’altimétrie varie entre 194 m et 49 m au débouché des vallées dans le val garonnais, pour une altitude moyenne comprise entre 130 et 150m. A l’ouest, le territoire compris entre les vallées de la Gélise et de la Baïse forme un relief moins élevé de 110-130 m d’altitude moyenne. Au nord, le versant qui domine la vallée de la Garonne d’environ 80 m, est entaillé de nombreux vallons étroits et encaissés.

D’amples vallées parallèles

Le relief est animé par plusieurs vallées aux directions parallèles orientées Nord/sud : ainsi de l’ouest vers l’est se succèdent la Gélise, la Baïse, l’Auvignon et le Gers qui appartiennent au bassin versant de la Garonne. Ces vallées forment d’amples vallonnements qui orientent la perception du paysage. La Baïse et le Gers forment les deux vallées les plus larges, encadrées de coteaux les dominant de 60 à 100 m.

Des crêtes affirmées

Entre les vallées, des crêtes se perçoivent de façon très lisible. Leur direction générale semble souvent diverger de celle des grandes vallées car les versants sont animés de nombreux vallons secondaires implantés perpendiculairement aux grandes vallées, qui induisent autant de crêtes.

JPEG - 981.6 ko
Les Terres gasconnes présentent un relief ondulé entaillé de nombreuses vallées. Mezin et la vallée de la Gélise

La roche et le sol

JPEG - 1.6 Mo
Terres Gasconnes carte geologique. Source BRGM carte au 1/1000000éme

Les Terres Gasconnes forment le rebord du cône de déjection des Pyrénées. Les collines sont taillées dans les dépôts du Miocène (jaune tendre), tandis que les vallons orientés sud-nord ont mis à nu des roches oligocènes (jaune d’or), plus anciennes. Au Quaternaire, le premier lit de la Garonne a décapé ce cône de déjection sur sa rive gauche mais les limites de roche parallèles au fleuve restent peu perceptibles. Les collines sur les 3 à 6 premiers kilomètres sont taillées dans une terrasse d’un premier ancêtre de la Garonne. L’Avance s’y enfonce pour rejoindre la vallée majeure.

Des dorsales calcaires de plateaux céréaliers dominant des collines argileuses

JPEG - 402.1 ko
Terres Gasconnes coupe géologique
La coupe de 7 km débute au sud-ouest à St Pé-St Simon, coupe 2 vallons de méandres de la Gélise, grimpe sur le plateau au-dessus d’Andiran, et se termine, au NE, à la rivière Osse. Source : d’après une coupe géologique BRGM

Les roches du Miocène forment une série complexe de molasses prises en sandwich entre deux plaques de calcaire lacustre. Bien que restant relativement tendres en raison de la présence d’un peu d’argile, ces calcaires structurent le paysage en reliques de plateaux ondulés et en vallées rectilignes vers le nord, elles-mêmes érodées d’amples vallons transversaux. Les pentes sont argileuses.
La plaque supérieure, celle du calcaire gris de l’Agenais (m1bC) forme le socle des plateaux céréaliers à l’ouest de la Baïse, souvent eux-mêmes encore recouverts de souvent recouvert de graviers rougis (Ft2, en vert) plus récents.
La plaque inférieure de calcaire blanc de l’Agenais, d’origine lacustre (m1aC, en jaune) affleure simplement à flanc de coteau où elle provoque souvent une rupture de pente bien marquée qui trace un cordon de pelouses sèches et de bois maigres. Ailleurs, elle est souvent masquée en surface par des colluvions.
L’ensemble miocène repose sur plus de 100m de marnes oligocènes (g3M, violet) qui n’affleurent que par quelques bandes en bas des pentes, au contact d’alluvions récentes.
Non affleurantes ici, un lit de plus de 400m de molasses éocènes recouvre le socle crétacé.
A l’est de l’entité (hors champ de cette coupe) le calcaire gris disparaît. Les collines sont taillées dans la molasse de l’Armagnac elle-même, et s’effacent sous la haute terrasse dans les derniers kilomètres avant la vallée de la Garonne. Toutes ces molasses s’entremêlent dans des colluvions argilo-sableuses.
Les flancs des vallées de la Baïse, de l’Auvignon et du Gers sont taillés dans les molasses gasconnes et sont empâtés de leurs propres colluvions. Ils sont bordés de larges langues de boulbènes dits gersois : superficiels en haut de pente, profonds en bas de versant.

JPEG - 583.8 ko
Le plateau entre Nérac et Naizin, avec la vallée de la Baïse. Vue vers le nord-ouest.
Source : d’après fonds géologique Brgm et visualiseur Google earth.

Ce plateau céréalier typique de la Gascogne repose sur un socle de calcaire gris miocène de l’Agenais (replats et ruptures de pente orangés), qui apparaît ici entaillé d’amples vallées qui emportent les matériaux vers la Garonne.
Au milieu de ce socle quelques lentilles de molasse de l’Armagnac (m1bC) rapportés des Pyrénées par une rivière ont échappé au décapage par l’érosion récente. L’ensemble forme un « plateau » céréalier ondulé. Plus au sud, subsistent des plaques de graviers rougis ferrugineux plus stériles.
Les versants découpent les marnes prises en sandwich entre deux « biscuits » calcaires. A flanc de coteau, l’affleurement du calcaire de Nérac (en jaune) provoque une marche pentue où les sols sont plus caillouteux et séchants, nettement soulignés par un cordon de prés et de bois.
Les versants d’argiles acides (saumon au 1er plan) sont cultivés et ponctués de lacs collinaires.

La terrasse haute au contact de la vallée de la Garonne

JPEG - 653.9 ko
La terrasse haute au niveau de Ste-Colombe, vue vers l’ouest.
Sur ce croquis, les traits de couleur vive représentent deux bancs de calcaire blanc miocène : en jaune à l’arrière plan (calcaire de Herret) et bleu au premier plan (calcaire à huitres). Source : d’après fonds géologique BRGM et visualiseur Google earth.

A l’arrière plan, le paysage est presque entièrement taillé dans les molasses miocènes, les plus récentes, arrachées aux Pyrénées. Les voies principales y tracent de longues lignes droites, bifurquant simplement pour éviter une vallée plus marquée. Le parcellaire, globalement céréalier, s’organise selon les pentes et les poches de fertilité.
On est au nord ouest de l’entité : la plaque de calcaire blanc lacustre de Nérac (fond géol : en jaune) affleure en rupture de pente, glissées entre deux couches marneuses.
La terrasse haute de la Garonne est la bande de matériaux marneux (en gris) qui coiffe les molasses dans les 5 premiers kilomètres au contact de la vallée ; elle domine la vallée de la Garonne de plus de 70 m. Ces alluvions anciennes, peu fertiles, sont une relique du lit tracé par le premier ancêtre de la Garonne qui serpentait alors dans un paysage de delta côtier, à la surface de la plaque de calcaire aquitanien miocène (bande en rupture de pente, en bleu foncé, au premier plan).
Quand la mer s’est abaissée, les rivières se sont enfoncées dans ce calcaire pour rejoindre la gouttière profonde creusée par la Garonne. Le relief s’est orienté vers le nord. Il a imposé le tracé des voies. L’affleurement du calcaire à mi pente trace ici aussi un cordon de bois particulièrement lisible en courbe de niveau, qui à flanc des vallées.
Au contact de la vallée de la Garonne, l’érosion a mis à nu la couche de molasses oligocène sur lesquelles s’était déposé initialement le calcaire blanc. Elles affleurent à la base du coteau au premier plan (Stampien, en rose).

Agriculture

JPEG - 1.4 Mo
Terres Gasconnes carte agriculture
JPEG - 1016.5 ko
Terres Gasconnes bloc-diagramme parcellaire

L’agriculture occupe la majeure partie de l’espace dans les Terres Gasconnes. A l’ouest du territoire, en lisière du massif forestier, l’agriculture s’insère en îlots au sein de la forêt et représente moins de 10% de l’espace communal. Elle est beaucoup plus dense au sud-est, en zone de grande culture, où elle occupe fréquemment plus de 75% de la superficie communale. Au nord-est, notamment sur l’aire de production du vignoble de Buzet, les surfaces agricoles recouvrent plus de la moitié de l’espace.
Les cultures de plein champs (céréales, oléagineux et semences) et la viticulture constituent les principales productions du territoire. Viennent ensuite les élevages de volailles, les cultures fruitières (pommier, noisetier, Kiwi), l’élevage bovin, le maraîchage (melon, courgette de plein air, salade, ail, maïs doux, fraise, tomate).
La vigne se maintient à proximité de la coopérative viticole de Buzet, mais aussi en allant vers le Condomois (Armagnac). L’AOP de Buzet constitue la principale appellation. Au sud-est le territoire bénéficie de l’AOP du Brulhois, tandis qu’au sud se trouvent des vignes destinées à la production d’Armagnac et de Floc de Gascogne.

JPEG - 694.3 ko
Ce paysage organisé et maîtrisé par l’agriculture (céréales, oléagineux et semences, vigne, verger), est animé par la perception du dessin des parcelles agricoles et de la trame arborée. Mezin

Forêt

JPEG - 1.8 Mo
Terres Gasconnes carte forêt
JPEG - 856.5 ko
Terres Gasconnes bloc-diagramme arbre

En approchant de la vallée de la Garonne, les bois se font beaucoup plus nombreux sur les pentes, notamment celles du coteau fluvial où ils se mêlent aux vignes du Buzet. Dans les vallées de la Baïse, du Gers et de l’Auvignon, les versants exposés à l’est, aux pentes plus raides voient également une présence forestière plus marquée. Ailleurs les boisements sont moins nombreux, allant parfois jusqu’à disparaître pour laisser la place aux collines entièrement cultivées. Mais même dans ces territoires cultivés, l’arbre est toujours présent dans le paysage sous forme de haies, d’arbres isolés, de ripisylve.

La forêt est exclusivement privée, essentiellement composée de boisements de feuillus où dominent les chênes pédonculés et pubescents et le châtaigner. Quelques petites peupleraies sont également présentes dans les fonds de vallée de la Gélise, de la Baïse, de l’Auvignon et du Gers.

JPEG - 855.4 ko
Les bois sont relativement peu nombreux dans les Terres Gasconnes, occupant essentiellement les versants les plus pentus des principales vallées. Vianne et la vallée de la Baïse, depuis Feugarolles. Au fond on aperçoit le début de la forêt landaise

Urbanisme

JPEG - 2 Mo
Terres Gasconnes carte urbanisation
JPEG - 542.4 ko
Terres Gasconnes bloc-diagramme urbanisation

Des villes et bourgs principaux dans les grandes vallées

Les vallées de la Baïse et du Gers concentrent les principales agglomérations des Terres Gasconnes : Astaffort et Layrac dans la vallée du Gers, Nérac, Lavardac et Vianne dans la vallée de la Baïse, Mézin et Barbaste dans la vallée de la Gélise. La vallée de la Gélise forme un axe urbanisé qui tranche au regard des territoires environnants. Depuis Nérac, ville centre de ce territoire, jusqu’à Lavardac l’urbanisation est aujourd’hui quasi continue.

Une frange nord sous influence de la vallée de la Garonne et de l’agglomération agenaise

Au nord, l’influence agenaise se fait sentir et a conduit à un développement marqué des bourgs les plus proches. Ainsi entre Ste-Colombe-en-Bruilhois et Layrac, plusieurs bourgs dépassent les 1500 habitants. Les grandes infrastructures routières (A62) et ferroviaire (voie SNCF) situées à proximité dans la vallée de la Garonne accentuent l’attractivité de cette frange nord.

Des villages perchés en crête

En dehors des vallées, les villages se sont implantés essentiellement sur des crêtes, formant des silhouettes très présentes dans le paysage. Ces silhouettes sont d’autant plus élégantes qu’elles associent leur densité construite à quelques arbres à grand développement comme des cèdres ou des pins parasols.

Un semis de fermes dispersées sur le territoire

Le bâti ancien forme un semi de fermes réparties sur l’ensemble du territoire. Il est rare de ne pas percevoir un toit dans le paysage. A cette implantation agricole traditionnellement dispersée c’est ajouté un habitat contemporain qui tend par endroit à miter le territoire.

JPEG - 917.1 ko
Les villages de crête forment des silhouettes très présentes dans le paysage. Montagnac-sur-Auvignon

Patrimoine

JPEG - 1.5 Mo
Terres Gasconnes carte patrimoine
Site et patrimoine bâti

Les vallées de la Baïse et de la Gélise concentrent de nombreux lieux remarquables, d’écluses en moulins, de châteaux en ensembles urbains. Ils témoignent d’une histoire particulièrement riche en ces terres où vécurent les rois de Navarre et font l’objet de multiples protections.
Châteaux : Nérac, Buzet, Estillac, Barbaste.
Bastides : Vianne, Francescas, Lamontjoie, Layrac, Caudecoste et Lavardac.
Grand paysage : le site inscrit de la Chute des coteaux de Gascogne sur les communes de Boé, Layrac, Moirax ; le site inscrit du val de Baïse.

Patrimoine naturel

Natura 2000 : directive habitat : vallée de la Gélise et caves de Nérac.
Znieff de type 2 : vallée de l’Osse et de la Gélise.

JPEG - 1.4 Mo
Terres Gasconnes carte Schéma Régional de Cohérence Ecologique Aquitaine (SRCE Aquitaine)

Le Schéma Régional de Cohérence Ecologique Aquitaine (SRCE Aquitaine) met évidence les éléments suivants :
- Réservoirs de biodiversité : les vallées de la Gélise et de la Baïse
- Corridors : les principaux cours d’eau

JPEG - 932 ko
La bastide de Lavardac, implantée au bord de la Baïse