Contenu

La culture spécialisée anime le paysage

Le petit parcellaire des vergers, maraîchage, vigne anime le paysage

Des cances vers un parcellaire spécialisé

JPEG - 1.4 Mo
Evolution du parcellaire de vergers entre Ste-Livrade et Villeneuve, entre 1950 et 2012
Le système des cances, formé de rangées de fruitiers intercalées avec des lignes de vignes et des cultures sur un petit parcellaire en lanière, prévalait encore en 1950. En 2012 les vergers sont désormais regroupés sur des parcelles spécifiques regroupées autour des sièges d’exploitation.

Les vergers se sont transformés depuis les années cinquante. Là ou auparavant ils étaient plantés en rangées assez distantes permettant une valorisation du sol par la prairie ou des cultures associées, ils sont aujourd’hui plantés en rangées denses constituant des parcelles à vocation unique. Il en va de même pour les autres cultures qui occupent aujourd’hui chacune des parcelles spécifiques.

JPEG - 276.4 ko
Jusqu’après la guerre, les lignes de fruitiers alternaient avec les cultures sur de petits parcelles étirées. Monsempron-Libos début XXe siècle
JPEG - 900.5 ko
Les vergers occupent désormais des parcelles spécifiques. Cazideroque 2014

Les productions fruitières également ont évoluées : aux pruniers d’Ente, pommiers, poiriers, pêchers se sont ajoutés les kiwis dans les années 1980 et actuellement les noisetiers se développent considérablement, associés à l’irrigation permise par de multiples retenues collinaires ou forages.

Des productions diversifiées qui animent le paysage

La très grande variété des productions agricoles du Lot-et-Garonne participe à sa richesse paysagère. Le petit parcellaire des vergers, maraîchage, vigne se mêle aux cultures, aux prairies et aux bois formant ainsi un paysage diversifié. Le paysage rural est ainsi toujours composé d’une mosaïque de productions différentes qui mélangent cultures annuelles et pérennes, herbacées et arborées.

Les surfaces brillantes des vergers, tunnels, serres s’imposent dans le paysage

JPEG - 1.2 Mo
Evolution du parcellaire de vergers et de maraichage près d’Aiguillon entre 1950 et 2012

Dans les années 70-80 avec l’ouverture européenne à de nouveaux pays comme l’Espagne et les aléas climatiques, sont apparues les cultures maraîchères sous abris froids, les tunnels. Ensuite ça été l’essor de la culture sous serre : la culture est passé ainsi du sol au bâtiment. Dans les vergers sont apparus les filets paragrêles.
Ces évolutions des modes de production des cultures maraîchères et fruitières marquent le paysage avec l’irruption de matériaux réfléchissants au sein des cultures : films plastiques et tunnels de culture maraîchers, filets de protection sur les vergers, serres pour la culture des tomates… Toutes ces surfaces souvent claires et brillantes focalisent les regards, modifiant ainsi la perception des lieux où elles s’implantent.

JPEG - 1.5 Mo
L’utilisation de matériaux réfléchissants pour protéger les cultures, rend celles-ci plus prégnantes dans le paysage.
Sources : Atlas aérien de la France vue aérienne oblique de 1945 et vue aérienne 2015